ITW : Philippe Manœuvre dézingue tout !

Que serait devenu le Rock sans Philippe Manœuvre pour le suivre, le critiquer, le titiller, le chambouler, le provoquer et l’adorer ? Et bien c’est simple, il ne serait déjà plus rien. L’éternel homme aux lunettes noires, avec son air blasé et son blouson en cuir n’est pas prêt de devenir sourd et de se caler dans un fauteuil, les pantoufles aux pieds. On l’a aimé dans « Sex Machine » avec Antoine de Caunes, il nous a énervé avec Lio dans « Nouvelle Star », et est devenu notre livre de chevet avec ses « Discothèques Rock idéales ». Bien sûr on n’est pas là pour vanter ses mérites, ni pour refaire sa bio, car ça prend du temps et il en faut des cacahuètes pour faire face à sa rock’n roll attitude. C’est que l’on ne s’improvise pas rock-critic comme ça ! De suite ça remet les pendules à l’heure et c’est là que l’on voit qu’il ne joue pas la comédie.

MotsSons_PhilippeManœuvre_web

1. Qu’écoutez-vous ces jours ci ? (Ipod, portable,…)
j’écoute des vinyles.

2. Quels sont les 10 titres rock les plus importants pour vous ?
ça change tous les jours, si vous écoutez mon emission quotidienne sur OUI FM, chaque soir à 18H00 vous pouvez en entendre dix de mes favoris.

3. On vous connaît en tant que journaliste rock, qu’animateur TV (« Les enfants du Rock » et « Sex Machine »), animateur radio sur Ouï FM et ancien jury de « Nouvelle Star » sur M6.  Mais qu’auriez-vous fait si vous n’étiez pas tombé dans la « marmitte du rock » étant plus jeune ?
drôle de question, aucune réponse

4. 2012 est une grosse année avec le retour de groupes de légende: Rolling Stones, Madness, Led Zeppelin,… serait-ce dû à la fin du monde le 21 décembre ?
Pfffffffffffffffffffffffffffffffffff au moins on aura entendu de la musique avant le big bang !

5. On fait l’apogée des artistes pop/commerciaux (Justin Bieber, Rihanna, Will I am,…), ne pensez-vous pas que désormais la Pop avec tous ses effets de style, parasite le Rock ?
De tous temps la pop a cannibalisé le rock, ça dure depuis 58 ans, depuis l’arrivée d’Elvis en fait…

6. Je pense notamment à Madness qui se plie à des tempos et des sonorités en arrière plan, qui ressemblent à des reprises. On modernise à tord et à travers là où on aurait voulu entendre du « classique ».
et c’est quoi la question SVP ?

7. Fort heureusement 2012 est aussi l’année de la relève. Shaka Ponk par exemple, mais surtout Jake Bugg. On a crié à hue et à dia que c’était le nouveau Justin Bieber, à cause de son jeune âge. Pourquoi un tel besoin de toujours tout comparer à ce genre d’ado?
Là encore ??????????????????????

8. Jake Bugg ou le gamin surdoué des Midlands est-il aussi prometteur que ça ? Beaucoup disent qu’il marche dans les pas de Bob Dylan, Buddy Holly, Johnny Cash et des Beatles… A l’instar de ce que disait John Lennon lors d’une interview sur son époque post-Beatles: « il faudrait revenir aux fondamentaux du rock en prenant comme exemple Dr. Feelgood ».

Dites, vous êtes sure que vous avez besoin de mon avis sur Jake Bugg par rapport à l’autre ?
Ne seriez vous pas en train d’inventer l’entretien microscopique ?

9. Vous êtes un écrivain et vous avez commis deux tomes sur la discographie idéale. N’en auriez vous pas oublié un peu ? Je pense à Berlin, Free, Slade, Suzie Quattro, Travelling Wilsbury, The Querry Men, Nina Hagen,Little Bob Story, Les garçons bouchers (pour être français), Toy Dolls, Uriah Heep, Runaways, America, ELO,…

Excusez moi, c’est un peu dans l’urgence que , dès 2005, j’ai posé les bases d’une réflexion. Avant mes deux livres, il n’y avait pas grand chose sur un marché qui s’est bien rattrapé depuis et bien sur, comme j’ai fait 200 chroniques on m’objectera éternellement qu’il y avait tous ces artistes oubliés, sniF… je compatis.

Par contre: pour les français, Little Bob and co, un livre spécial est sorti : LE ROCK FRANCAIS chez Hoebecke. En 123 chroniques.
Pour le reste vous avez raison, pourquoi n’écrivez vous pas votre livre ?

Vianne de JALRAS.

Marilou et les garçons, au-delà de la scène

marilou et les garçons

Loin de la scène, dans un petit coin de Pigalle à Paris, ils sont là, Marilou et les garçons. Assis en terrasse, ils sirotent, malgré le froid, une « petite » pinte de blonde.

Ils discutent de tout et de rien ; de leur futur shooting photos pour Noël, des tenues de scène ou encore des chewing-gums qui leur permettent de « survivre » depuis qu’ils ont arrêté de fumer.

Bienvenu dans l’intimité du groupe.

Marilou et les garçons ont été repérés par Henri Padovani, auteur-compositeur et guitariste français. Depuis deux ans, ils enchaînent les petites scènes. Aujourd’hui, ils viennent de réaliser la BO du film « Cinéphile de notre temps » de Laurent Chollet.

http://marilouetlesgarcons.com/

Margaux Bédé