Rencontre à la mosquée de Pantin

Depuis 2010, le monde arabe s’est réveillé, à l’aube d’un nouveau départ, d’un printemps de nouveaux idéaux. Le prix d’un tel réveil: des morts par milliers, des pays en ruines. Chacun à son rythme, ils s’enflamment, se soulèvent, se réjouissent. Mais alors que certains sont déjà passés à l’été, d’autres tentent toujours de s’émanciper, comme la Syrie, en conflit depuis plus de 2 ans. Quand la Méditerranée et l’Orient se déchirent, l’Europe observe. Elle tremble de joie pour ces peuples qui se battent pour leurs droits mais elle tremble aussi de peur, car la violence attise la violence de ceux qui revendiquent un Islam radicale.

La stratégie du choc

islamPersonne en France n’oubliera son nom, Mohamed Merah. Il est devenu l’emblème de ces radicaux qui agissent par la violence au nom du dieu Allah. Les amalgames se font, l’islamophobie se répand plus vite que la grippe aviaire et contre elle, il n’existe pas de vaccin. La droite joue avec ces peurs, le Front national les galvanise. Chacun semble avoir un avis sur la question mais les musulmans, que pensent t-ils ? Ceux qui ne font de mal à personne, ceux qui vivent leur foi comme une béquille et non comme une arme ?

La mosquée de Pantin est l’une des rares mosquée à accueillir autant d’origines différentes, Bangladesh, Turquie, Afrique, Magreb Comores. Le brassage est fort et Mohammed Henniche, secrétaire général de l’Union des associations musulmanes de la Seine-Saint-Denis en est fier : «dans les autres mosquées, les Tunisiens sont avec les Tunisiens, les Marocains avec les Marocains ici il n’y a pas de différence entre les origines, seules les sciences élèvent les hommes» 

Aucune différence entre les hommes ? En tout cas pas devant Allah !

Nous sommes un vendredi, c’est le jour de la grande prière, beaucoup de fidèles vont se presser aux portes de cet ancien gymnase devenu mosquée de fortune. Une surpopulation qui efface par le même coup une ancienne polémique, celle des «prières de rue» (les prières de rue sont interdites en France depuis le 16 septembre 2011, au nom du principe de laïcité). Les fidèles sont tellement nombreux qu’ils ne tiennent pas tous à l’intérieur de la mosquée. Premier arrivé, premier servi. Et comme la prière a une valeur exponentielle en fonction du nombre de fidèles réunis, prier aux cotés de 2000 personnes, même si cela doit être dans le caniveau 20 mètres plus bas, aura tout de même plus de valeur aux yeux de Allah que de prier seul.

Silence radio

islam-postL’islamophobie est une peur, une peur nourrit par l’ignorance mais aussi par le silence. Le silence d’une communauté qui, même si elle ne cautionne pas les actes radicaux et extrémistes, ne se presse pas de réagir. Un aveu d’impuissance mais surtout un silence qui pèse. Une chose dont ont bien conscience les musulmans mais qu’ils n’expliquent pas.  

Aux armes etc…

Si on ne connaît pas bien la religion musulmane, une telle rencontre est d’un intérêt majeur. Mais la religion a ce défaut qu’elle laisse à chacun ses interprétations, ses doutes et ses questions sans réponses.

Convertir le monde, c’est l’objectif avoué de la religion musulmane, en propageant la parole de Allah bien sur. Là où l’interprétation fait du mal, c’est qu’elle laisse aux fidèles le choix des armes ou le choix des mots. Mais Allah décide qui il veut emmener avec lui dans son voyage, ce qui signifie que même si le monde doit être converti en entier, cette tâche est impossible. Que faire des impures ? Chacun peut apporter la réponse qu’il souhaite.

Impossible donc pour l’imam de déceler les fidèles qui interprètent mal la parole du Dieu ? Rien n’est moins sûr, certaines mosquées sont surveillées par la police, les extrémistes naissants sont connus. Mais si seul l’imam peut apporter une aide, il laisse aussi à Allah lui-même le choix de guider les brebis égarées. Ce statut-quo découle de la relation d’humiliation-humilité qui englobe l’islam. Autre fait important, la prière du fidèle doit être effectuée en arabe pour qu’elle soit entendue par Allah ce qui signifie que sur plus d’un milliard de musulmans dans le monde, seuls 300 millions seront entendus par leur dieu, il n’y a donc personne au bout du fil.

Parlons enfants de la patrieislam-711538-jpg_489924                                                                      Seulement voila, les contradictions, les interprétations, les croisades, les vendettas et autres fanatismes sont le lot de toutes les religions. Si l’on ne s’intéresse pas on ne peut comprendre. Plus de 1000 fidèles sont réunis chaque vendredi dans cette mosquée enfouie à la frontière entre Bobigny et Pantin (comme pour mieux les cacher). Des chômeurs, des ouvriers, des cadres, toutes les professions y sont représentées. Ces gens vivent leur foi d’une manière saine, respectueuse et plus ouverte que la plupart des citoyens. Quand un homme ne peut assurer son ramadan (le jeûn chez les musulmans), il se doit d’offrir le repas à cinq personnes tous les jours. Chaque semaine la mosquée collecte plus de 1000 euros afin de construire une nouvelle mosquée et ce en toute transparence. Des valeurs de partage qui ne sont que très peu véhiculées par les médias tant on s’attache à rapporter les faits de violence qui entachent la religion. 

Une seule solution pour expulser l’islamophobie de notre subconscient, que les musulmans sortent de leur mutisme, s’exposent, dénoncent, condamnent, revendiquent et à l’inverse, nous médias, nous nous devons d’aller les chercher, les titiller, leur tirer les vers du nez.

Vincent Fichet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s