Comment chasser la violence hors des stades ?

A l’époque romaine, le Forum était la place publique où les citoyens se réunissaient pour marchander ou encore traiter de politique ou d’économie. C’était le lieu de rencontre favorisant la vie sociale. Aujourd’hui, les stades reprennent un certain nombre de ces caractéristiques antiques. Mais quand la violence s’immisce, le stade se mue en Colisée et le sang ne coule plus sur le sable mais dans les tribunes. Alors, Pollice verso* ?

Les chiffres : 

Selon la division nationale de lutte contre le Hooliganisme (DNLH), le nombre d’interpellations dans et autour des stades de Ligue 1 et de Ligue 2 a baissé de 7,1% par rapport à 2012, soit 667 interpellations. La DNLH note une pacification des stades mais une radicalisation de la violence. Selon son rapport annuel diffusé à tous les préfets et dont le journal l’Equipe a pris connaissance : «Cette tendance à la radicalisation mêlant violence, idéologie et racisme s’avère particulièrement préoccupante et nécessitera une vigilance accrue ainsi qu’une particulière sévérité» 

La récurrence des événements violents baisse mais quand elle éclate la violence est plus forte qu’auparavant.

Football-Stop-violenceLes ultras ? Les hooligans ? Quelle est la différence ?

Les ultras sont les supporters les plus «fanatiques» (conviction, croyance, fidélité, spiritualité) ils ont foi en leur équipe et la supportent de la manière la plus engagée (chants, gestes, Tifo, banderoles, tout ce qui a attrait avec l’ambiance dans les tribunes). Ils sont prêts à tout mais ne viennent pas dans les stades pour la violence. S’ils doivent y recourir ils le feront mais ça n’est pas leur objectif. L’amour de leur club, leur procure une certaine «raison».

Le hooligan lui, est adepte de la violence, il est attaché à un club mais tente d’influer sur le match grâce à la violence. On peut se demander quel soutien peut apporter la violence à une équipe, deux idées :

En réduisant au «silence» les supporters de l’équipe adverse on prive la dite équipe de soutiens. 

Si notre équipe est entrain de perdre le match, en créeant un trop plein de violence dans les tribunes, la partie est suceptible d’être annulé et dans l’absolu rejoué. 

7c417

Répression ou médiation : un savant mélange

Le problème, c’est qu’aujourd’hui les clubs ont souvent rompu les contacts avec les bandes organisées de supporters. Alors qu’un climat de médiation devrait être mis en place par tous les clubs c’est aujourd’hui la répression qui est prônée.

La lutte contre les violences dans les stades passe aujourd’hui par un travail d’identification et de fichage des supporters violents. Les interdictions de stades sont aussi énormément utilisées. On en vient même à interdire aux supporters de faire les déplacements pour aller soutenir leur équipe à l’extérieur. (Comme les supporters Stéphanois récemment)

Violences_stade

Malheureusement la politique de répression semble la seule envisagée pour endiguer les violences qui gâchent les événements sportifs.

Pour remédier à la violence il faut bien sûr interdire aux hooligans l’entrée des stades, proscrire les ivrognes, voire même la vente d’alcool dans les stades, sécuriser les stades… Mais pour résoudre le problème à la source, il faudra repasser à un moment ou à un autre par la médiation. Encadrer les supporters, leur donner une véritable place dans la vie du club pourrait permettre de les responsabiliser et de les valoriser afin qu’ils se sentent comme le 12ème homme, investi d’une mission, celle de soutenir son club à en perdre la voix, mais de prendre conscience des sanctions qui pèsent sur leur club en cas de débordements. 

Les hooligans eux ne sont voués qu’à disparaitre, l’esprit «Fight club» n’a sa place dans aucune enceinte sportive. Qu’ils se tournent donc vers la pratique sportive du Taekwondo ou autre sport de combat.

44b50456-e5f1-11dc-82f0-e72724c2d33b

6 «idées» pour chasser la violence des stades : 

Forcer les supporters à porter des combinaisons intégrales en papier bulles. 

Faire porter aux supporters des colliers électroniques anti-aboiement (la violence en silence).

Réduire le nombre de places dans les stades et créer des cabines individuelles en Plexiglas. 

Vendre les billets à des prix exorbitants (300 euros la place pour Evian-Guigamp, ça fait réfléchir). 

Laisser Chantal Goya faire le disc-jockey du Parc des princes (de l’huile sur le feu en y réfléchissant).

Hypnotiser la totalité du public avant les rencontres.

*Pollice verso : terme qui désigne le geste de la main fait par le public dans le colisé. Il s’agit de choisir du sort du gladiateur par un pouce levé (la vie) ou baissé (la mort).

Vincent Fichet.

Publicités

4 réflexions sur “Comment chasser la violence hors des stades ?

  1. Les suggestions à la fin c’est une blague ?

    -Combinaison intégrale en papier-bulle… mouiii bien sur :]

    -Colliers électroniques anti-aboiement. En complet désaccord avec l’article qui semble dire que les actes des hooligans sont les plus dommageables et non pas les paroles. Et en plus va leur mettre ça autour du cou et on en reparle.

    -Réduire le nombre de places et créer des places individuelles en plexiglas.
    Donc déjà là on voit que l’auteur n’a aucune notion d’économie ni de finance, à savoir qu’un stade sert en partie aux recettes du club. De plus, comme on a l’impression que l’auteur n’a jamais mis les pieds dans un stade de sa vie, je vais préciser que 95% des gens vont au stade voir un match pour supporter une équipe, ressentir des émotions à travers la victoire ou la défaite de leur équipe. Pas pour siroter un jus de pomme tranquillou dans une cabine en plexiglas non mais sérieusement… D’ailleurs tous les dirigeants s’accordent à dire que les matches à huis-clos sont d’une infinie tristesse.

    -Vendre des billets à 300€, là encore cela prouve la compréhension socialement très approfondie du sujet du football de l’auteur… Le foot, sport le plus populaire au monde (270 millions de licenciés selon le big count de la FIFA en 2006) qui rassemble par sa simplicité, son accessibilité, son esprit d’équipe… D’innombrables stars du foot proviennent de milieux très pauvres et ont réussi à percer car le foot est l’un des seuls sports qui vend du rêve, tout en étant très accessible. Et tu veux mettre des billets à 300€ ?

    -Lol

    -Lol²

    Bref on dirait l’article d’un ver de livre, qui vit cloîtré chez lui et qui, à l’annonce des moindres incidents annoncés sur TF1 ou BFM se dit qu’il ferait mieux de ne jamais remettre les pieds dehors. Quoi que les fautes d’orthographes très grossières de cet « article » me font dire qu’il ne s’agit pas d’un si bon littéraire que ça…

    Ceci dit, la suggestion d’inciter les clubs à la médiation avec les supporters est très bonne. Elle est même à la base du phénomène des violences, à savoir qu’à la base, les supporters des clubs étaient les petites mains du club et participaient de manière volontaire à toutes les tâches. On voit encore beaucoup de ces gestes dans de petits clubs amateurs.
    Cependant lorsque les clubs sont devenus des entreprises et les joueurs des stars, le club s’est coupé de ses supporters. Ces derniers ne pouvant revendiquer leur appartenance à un tel club au travers d’actions liées directement au club, se mirent à clamer leur ferveur dans les stades. D’où la violence dans le foot aujourd’hui. (Point de vue extrêmement manichéen bien sur).

    • Oui en effet Jacques : les « suggestions » sont à caractère humoristique !

      Sinon il m’arrive assez souvent de mettre les pieds dehors et très peu de regarder Tf1 ! 😉

      Mais j’apprécie particulièrement tes propos sur « la base du phénomène des violences » !

      En espérant que d’autres articles de notre blog te plairont !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s