Lutte : un symbole sur la sellette

LUTTE : JO2012 - 07/08/2012

Mardi 12 février, la décision est tombée. La commission exécutive du Comité international olympique (CIO) s’apprête à supprimer la lutte (moderne et greco-romaine) du programme des Jeux d’été de 2020.

La lutte fait partie des Jeux Olympiques depuis 1896, où elle fût sa première apparition. La lutte gréco-romaine était alors l’élément central des Jeux, rappelant les ancestrales lutte grecques et romaines de l’antiquité.Forte de sa grande popularité, la lutte moderne apparu en 1901 aux JO.

Mais cela n’a pas suffi, puisque la discipline est aujourd’hui dans le collimateur du CIO. La lutte se retrouve face à sept autres sports (le squash, l’escalade, le karaté, le wushu, le baseball-softball, le wekeboard, et les sports de rollers). Reste que, la fédération internationale de lutte (FILA) pourra re-postuler pour avoir une quelconque chance d’apparaitre au programme olympique de 2020 et participer aux Jeux.

La lutte est un sport phare des Jeux olympiques, un des plus populaires dans le monde. Et pourtant, en 2013, le CIO envoie un message très clair au monde du sport. Sans médiatisation et retombées financières, la survie n’est pas possible.

Steeve Guenot, champion olympique en 2008

La lutte, un sport en péril ?

La lutte est un sport national dans de nombreux pays d’Europe de l’Est et d’Asie, aux Etats-Unis, c’est l’un des sports universitaires les plus pratiqués, au Sénégal les lutteurs sont considérés comme des demi-dieux. La lutte est découverte ou redécouvre tous les quatre ans grâce aux JO. Si elle n’est plus un sport olympique, c’est toute une génération de jeunes lutteurs qui se retrouveront sans subvention, sans accès au haut niveau.

Face à des sports comme le rugby à sept ou encore le golf qui intégreront les jeux Olympiques en 2016 à Rio de Janeiro, ou encore les lobbys du Basket, la lutte ne peux se battre. Cette décision, si elle venait à être finaliser par le comité international olympique, serait un manque de considération de l’Histoire. Le système financier passerait devant l’esprit même de l’olympisme.

Les dérives du sport business qui menacent déjà beaucoup le monde du sport à haut niveau s’attaque désormais à l’olympisme.

Sarah Bassalas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s