Grand Palais/Cinéma Paradiso : Entretien avec Cristobal Diaz, street artist

Image

Du 10 au 21 juin, le Grand Palais accueille l’exposition «  Cinéma Paradiso ». Au programme : soirées clubbing, piste disco roller, jeux vidéos et dégustation de champagne. Plusieurs artistes ont été invités afin de garnir les allées du salon. Nous en avons rencontré un: Cristobal Diaz, réalisateur et photographe d’origine irakienne, adepte du street art. Il nous présente une de ces œuvres.

Bonjour, pouvez vous nous présenter votre travail ?

Il s’agit d’une installation photographique représentant un morceau de trottoir, de bitume sur lequel est écrit « l’enfant sauvage » en graffiti. Le principe de l’installation est de faire quelque chose posé au sol, comme le trottoir et rétro éclairé pour essayer de faire passer le message suivant : la lumière peut venir du sous-sol.

Image

Parlez nous de cette photo…

Cette photo je l’ai prise dans la rue, à bastille à Paris, au hasard de mes pérégrinations. Il se trouve que c’est un ami qui a fait l’écriture, ce que j’ignorais au moment de sortir mon appareil. C’est une photo presque en plongée totale, quasiment en top-shot. J’ai fait un premier tirage de manière traditionnelle comme un print, qui se voit à la verticale et en fait pour cette exposition, je me suis dit que j’allais la proposer sous forme d’installation. On m’a laissé cette liberté et au final je trouve que cela rend plutôt bien.

Comment vous-êtes vous retrouvé au Grand Palais ?

C’est une histoire un peu particulière. Je n’ai pas été contacté directement par un commissaire du Grand Palais. Comme c’est dans le cadre de l’événement MK2 Cinéma Paradiso, ce sont les gens de MK2 qui ont sollicité un commissaire d’exposition de l’extérieur pour trouver des artistes afin de garnir les allées de la nef du grand Palais. Je faisais partie de son carnet d’adresse et j’en suis ravi.

Pourquoi ne peut-on pas marcher sur votre installation alors qu’elle représente un trottoir ?

J’aurais aimé qu’on puisse marcher dessus mais pour cela il aurait fallu des matériaux plus viables. En l ‘état c’est beaucoup trop fragile, il s’agit de deux plaques de verres collées l’une sur l’autre avec un film plastique. Ça a été imprimé sur une pellicule plastique transparente et ensuite collé dessus. Donc effectivement on ne peut même pas s’asseoir dessus sinon ça se brise. C’est aussi une question d’argent, cela m’aurait coûté a peu près 2500 euros pour avoir une structure plus solide.

Image

Avez vous proposé d’autres œuvres ?

Non. Souvent dans une exposition collective, c’est le commissaire qui choisit les œuvres parmi un catalogue. C’est ce qui s’est passé, la commissaire de MK2 connaissait mon travail photographique et elle s’est dit que cela correspondait à l’esprit de cet événement.

Et vous, pensez-vous que votre installation correspond à l’ambiance ?

Je trouve qu’elle a sa place car c’est sensé être un parcours qui part de la crise, d’une situation grave pour finir sur quelque chose de positif, de léger, de coloré.

Au début de l’exposition, on retrouve une aile d’un avion qui s’est écrasé et qui a été retravaillée par un artiste donc on part sur quelque chose de très industriel, très négatif . A la fin du parcours, il y a une machine à bulles qui symbolise la liberté, le côté enfantin de la vie.

Moi je suis au milieu de ce passage, dans une sorte de transition entre l’industriel, froid et l’artisanat, plus chaleureux. C’est une partie plus street artist où l’on revisite finalement le quotidien pour lui donner un côté plus positif.

Pour faire écho a votre œuvre « l’enfant sauvage », pensez-vous qu’il faille retourner à l’état sauvage pour retrouver un sentiment de liberté ?

En tout cas, il faut apprendre à réinterpréter son milieu, intervenir sur son quotidien. Je pense que le street art c’est une des possibilités pour aller vers un monde meilleur parce que ça change le paysage urbain, ça transforme notre quotidien et redéfinit notre vision des choses qui nous entourent.

Grégory Ayala.

Vous pouvez retrouver une partie de l’œuvre de Cristobal Diaz sur son site web.

Image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s