Lauriane Lamperim, en route vers les Jeux Mondiaux !

Trente-quatre médailles, dont onze en or, l’été dernier les Bleus brillaient à Londres. Les Jeux Olympiques ? L’objectif pour tout athlète de haut niveau. Problème : cette frénésie n’a lieu que tous les 4 ans… Ou presque ! Eh bien que les passionnés rangent leur frustration au placard, cet été se dispute les Jeux… Mondiaux ! L’occasion pour nous de découvrir des disciplines trop peu médiatisées. La France y présente tous les 4 ans une délégation de qualité. Parmi la prochaine ? Lauriane Lamperim. La championne de France de tumbling sera en juillet à Cali, en Colombie. Un challenge qu’elle prépare depuis longtemps.

 

Lauriane Lamperim

Au bout de la piste, une seule place de disponible. Au premier passage, un petit doute s’installe : un double tendu de liaison un peu bas, et un peu long fait tanguer la relance et chuter légèrement la note d’exécution. Correct, mais pas parfait. « Je n’avais pas le droit à l’erreur sur la seconde série », se rappelle Lauriane. Et elle n’en a commis aucune. Huit dixième au dessus des minimas requis, la jeune athlète de 21 ans rafle l’unique ticket en tumbling féminin pour les Jeux Mondiaux. Et ce, dès la première qualification, le 4 mai dernier lors des Coupes Nationales de TSA. « Je m’en savais capable, ce programme je l’avais réalisé plusieurs fois à l’entrainement. Le plus dur à gérer c’était la pression », explique-t-elle. Et pour cause, la FFGym a été claire : si les objectifs ne sont pas atteints, la fédération n’enverra personne à défaut de mieux à Cali. Une parole qu’elle a tenue puisque aucun Français n’a été sélectionné en trampoline synchro et en tumbling masculin.

Lauriane Lamperim tumbling

Du bronze au championnat du Monde en 2011

Un mois plus tard, Lauriane poursuit ses entraînements sereinement, dans son club de Draveil, auprès de son coach Anthony Vlasic. Sa préparation, elle l’a peaufine avec lui depuis quelques années. « Les Jeux c’est un objectif que je me suis fixée très jeune », souligne la tumbleuse. Ce sport, elle le pratique depuis presque dix ans. Proche du but, Lauriane n’en a pas bousculé son programme pour autant. « Le rythme s’est intensifié en début d’année mais rien n’a bougé depuis la qualification. Le seul petit changement, c’est que j’ai terminé ma première année de kinésithérapie. Maintenant, je peux me concentrer uniquement sur le tumbling », détaille l’étudiante.  La méthode fonctionne puisque le 1er juin dernier Lauriane a été sacrée championne de France à Toulouse. Un titre qui l’a rassure. « Ça me confirme que je travaille dans la bonne direction », confie l’athlète tricolore. A un mois et demi de la compétition, Lauriane ne souhaite pas rester sur ces acquis. « La base de mes séries sera identique à celle réalisée au championnat de France, mais j’espère faire évoluer l’acrobatie finale. J’y bosse ! », confirme-t-elle. Hormis les titres nationaux, Lauriane a déjà fait ses preuves en compétitions internationales. Souvent qualifiée pour les WAGG (Championnat du Monde par tranches d’âge), la jeune athlète de Draveil a intégré les rangs de l’équipe de France en 2008. En 2011, c’est la récompense : elle décroche le bronze au championnat du Monde par équipe, à Birmingham.  « Un pur moment de bonheur partagé avec le collectif », se souvient-elle avec le sourire.

tumbling france bronze

Les Jeux Mondiaux, une rencontre encore trop peu connue

Créés en 1981, les dernières éditions des Jeux Mondiaux ont pris une autre dimension. Organisés par la société privée International World Games Association, ils sont soutenus depuis 2005 par le CIO. Un parrainage qui en fait l’anti-chambre des JO. Et pour cause, pour les disciplines rêvant de rejoindre le programme olympique, il s’agit d’un test grandeur nature face au public. Si la magie opère, la flamme des JO se rapproche sérieusement. Le badminton, le taekwondo, le triathlon et le trampoline en sont le parfait exemple. Idem pour le rugby à 7, retenu suite aux JM de 2009 à Taiwan, ce sport fera son entrée aux olympiades à Rio en 2016.  Lauriane reste cependant réaliste, « les Jeux Mondiaux sont malheureusement moins connus en France que le tumbling ! Qui peut me citer un médaillé d’or aux derniers JM ? ». La tumbleuse y voit cependant un avantage, « l’absence de médiatisation rend l’approche de l’évènement moins stressante », souligne cette habituée des plateaux internationaux. Son premier tournoi à l’étranger remonte à 2007, lors des championnats d’Europe. Elle n’a que 14 ans. « Le tumbling est un sport extrême en sensations. Il faut aimer la vitesse, se faire peur », confie Lauriane. « C’est une bonne partie de ma vie: beaucoup de larmes de joie et de tristesse, et aussi pas mal de stress ! » admet-elle avec le sourire.

Il y a quatre ans, les 130 athlètes représentant la France aux Jeux Mondiaux ont raflé 38 podiums dont 11 titres. Un bilan aussi glorieux qu’aux JO de Londres. Même sans médiatisation, la magie du sport opère lorsque la passion existe.  Le coup d’envoi sera lancé à Cali le 25 juillet prochain lors d’une cérémonie d’ouverture aux allures olympiques. D’ici là, Lauriane continue de survoler la piste avec la même détermination.

Marion Ferrère.

Publicités

Une réflexion sur “Lauriane Lamperim, en route vers les Jeux Mondiaux !

  1. Lauriane de draveil ❤ c'est la meilleure !! Perso je l'ai déja vue, quand elle commence a t'enchainer des flip arrière sans les mains suivi d'une vrille ou d'un double salto arrière tu respire plus !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s