Lili Nguyen, nail artiste et California girl

Pour les fêtes de fin d’année, vous voulez être la plus belle et vous voulez l’être jusqu’au bout des ongles. Mais surtout, vous voulez faire dans l’original. Le père noël, des flocons de neige, des bonhommes en pain d’épices ou encore des candy cane sur vos ongles, c’est possible. Lili Nguyen, nail artiste, vous attend et vous surprendra.

En ce moment, Lili porte de la pizza, du cheddar fondu ou encore des frites sur le bout des ongles.

En ce moment, Lili porte de la pizza, du cheddar fondu ou encore des frites sur le bout des ongles.

Lili Nguyen pratique le nail art, c’est-à-dire l’art de décorer les ongles. Faute de locaux, elle donne rendez-vous à ses clientes… dans les Starbucks de Paris! « Je ne pense pas en avoir le droit, mais ça ne dérange personne. Ca sent tellement le café que les gens ne sentent même pas le vernis! En plus, être dans ce café, ça me permet d’agrandir ma clientèle. Parfois mes voisines de table voire même les serveuses viennent me voir pour prendre rendez-vous! » La jeune artiste réalise tous les dessins elle-même, sans pochoirs, et peut en faire un différent à chaque ongle, quel qu’il soit, selon les goûts de la cliente. Mais la jeune française d’origine vietnamienne mise surtout sur sa personnalité et son imagination pour attirer sa clientèle. Et les clientes, « les filles » comme Lili les appellent affectueusement, sont reines. Si elles lui demandent quelque chose de compliqué, l’artiste accepte tout de suite, elle aime le défi. « Les filles viennent souvent avec de bonnes idées. J’aime bien quand ce sont des choses délicates ou que je n’ai jamais faites. C’est un challenge à relever!« 

La parisienne lance « Pimp my nails by Lili Nguyen » sur Facebook en août 2011. Sa réputation s’est d’ailleurs surtout faite sur les réseaux sociaux, Facebook, Tumblr et Twitter. Ces bouche-à-bouche du web lui ont permis d’être visible par un public de plus en plus large grâce aux retweets ou au partage de sa page facebook sur les profils de ses clientes. Au début, ce n’était pas encore une passion, seulement un loisir. Mais peu à peu, Lili se rend compte de son succès et prend de plus en plus goût à sa nouvelle occupation. « Au début, c’était juste une page pour montrer ce que je savais et aimais faire. Et après ça a pris une très grosse ampleur, et plus ça prenait d’ampleur, plus ça me pasionnait. En plus, j’étais dans une période de ma vie où je ne savais pas trop quelle voie prendre professionnellement.« 

Un coup de coeur qui tombait à pic. « Je me vois carrément faire ça pendant encore 20 ans. Le nail art, c’est une mode en ce moment, mais ça fait longtemps que ça existe et ça marchera toujours. Je peux pas m’imaginer une femme qui ne prend pas soin de ses ongles. Si la mode avance, le nail art avance. On arrêtera juste de faire des cup cakes et on passera à autre chose, j’espère! (rires) » Les cupcakes, très à la mode ces deux dernières années, font partie des motifs que Lili a le plus dessiné en 2012. Ils sont à égalité avec les motifs style Keith Haring, le léopard, les motifs astèque-amérindiens ou encore les voies lactées (voir photo). Et si Lili aime faire ces dessins, elle souhaite tout de même que la mode passe. « Je trouve ces motifs hyper jolis, mais il y un moment je n’en peux plus, je deviens presque aveugle à force de les dessiner! (rires) »

Après la mise en ligne de cette photo sur la page Facebook, la voie lactée est devenu un des motifs les plus prisés.

Après la mise en ligne de cette photo sur la page Facebook, la voie lactée est devenu un des motifs les plus prisés.

Le 3 janvier 2012, Lili Nguyen décide de faire un pas en avant et de déposer sa marque pour « que ça prenne un vrai sens, que ça devienne quelque chose d’officiel.” Après mûre reflexion, Lili s’est arrêtée sur « Venice » comme nom de marque. Un nom qui la représente bien. « Je suis une california girl dans l’âme et je pense que ça se ressent dans ma personnalité. Alors j’ai choisi Venice en référence à Venice beach à Los Angeles. Je ne suis pas née au bon endroit! (rires) Mais je suis très fière d’être parisienne! » Depuis le début de l’année, le travail de Lili a été, et est toujours, diffusé dans les médias et un bon nombre de blogs. Des parutions à la télévision, comme dans « 100% mag » sur M6, « La mode, la mode, la mode » sur Paris Première et une autre émission prévue mi-janvier sur Chérie 25, nouvelle chaîne de la TNT. Mais aussi dans le quotidien Ouest France et une possibilité dans un magazine féminin internationalement connu dont elle ne révèlera pas le nom, histoire de ne pas se porter poisse.

Lili s’est donc retrouvée dans une spirale médiatique innatendue, mais selon elle, ce n’est pas une conséquence de son dépôt de marque. « Je ne sais même pas comment c’est arrivé! Mon travail a été vu sur les réseaux sociaux, mais ce n’est pas parce que j’ai déposé ma marque, j’étais juste au bon endroit au bon moment! Mais si je n’avais pas eu les réseaux sociaux, je n’aurai pas fait le quart de ce que j’ai pu faire cette année. » Lili participe aussi à des événements urbains. Prochain prévu: le « Be Street Weeknd », samedi 15 et dimanche 16 décembre prochains, à la Cité de la Mode et du Design dans le 13ème arrondissement de Paris.

Et plus le succès est grand, plus les prix grimpent, mais Lili tient à rester abordable. « Je veux que ça soit à la portée de tous. » Entre 5 et 20 euros, il y a un an, pour un rendez-vous d’une heure, une cliente devra maintenant débourser entre 10 et 35 euros, selon sa demande: une dizaine d’euros pour des ongles vernis dont deux pourront être « pimpés », plus d’une trentaine d’euros pour avoir ses dix ongles avec des dessins très colorés et très détaillés.

Lili propose son christmas nail menu.

Lili propose son christmas nail menu.

Lili diversifie son activité et a créé son shop en ligne sur lequel elle propose notamment des sets de faux ongles faits main ou des t-shirts Venice. Mais l’artiste suit aussi une formation qu’elle trouve nécessaire pour varier son activité. « J’apprends à poser les faux ongles, je savais les faire mais pas encore les poser! J’apprends aussi à faire des manucures. Je me dis que les filles ne veulent pas forcément toutes du nail art et je veux toucher une plus large clientèle. » La california girl a décidé de quitter son emploi actuel à la fin de l’année pour se consacrer entièrement à sa passion. Et tout cela en vue de s’installer, en 2013, dans un lieu qui lui sera propre, qu’elle pourra décorer à sa façon, et dans lequel elle recevra les clientes à sa façon. « Le Starbucks c’est sympa mais je veux vraiment mon endroit à moi, avec mon ambiance. Je veux pouvoir accueillir les filles comme il se doit et surtout pouvoir faire ce que je veux! Au Starbucks, impossible de faire des manucures!« 

Côté budget, Lili n’a aucune idée du montant de ses dépenses en vernis, limes à ongles, boules de coton, elle renouvelle son matériel quand elle en a besoin ou quand elle craque sur un produit. « Je crois que j’achète du vernis toutes les trois semaines, mais parfois si je vois une couleur qui me plait et que je n’ai pas, je prends! Par contre, je dois renouveller les « bases coats » plus souvent, toutes les 2 semaines. » Les bases coats sont les vernis transparents qui se mettent en première et dernière couches pour que le vernis brille et résiste mieux.

Si Lili Nguyen savoure son succès, elle sait aussi garder les pieds sur terre. « Je me roule par terre de joie! (rires) Je suis super contente! En un an, j’ai fait des choses que jamais j’aurais pensé faire dans ma vie. Mais je me rends compte aussi que quand tu bosses, eh bien il faut encore bosser. C’est jamais fini. Je pense que c’est très important que je ne me repose pas sur mes acquis. » Il y a un an Lili disait vouloir devenir une pionnière du nail art à Paris, c’est désormais chose faite!

Ségolène Poirier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s