Le mariage qui divise les Français

Un réel pas en avant selon certains, une vraie menace selon d’autres. Le mariage pour tous est vivement débattu. Les partisans et les opposants continuent de faire entendre leur voix, et manifesteront ce week-end dans toute la France.

large_514005

————————————————————————————————————————

Sur le projet de loi…

« Le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe”

*Droit à l’adoption

*Adopté le 7 novembre en Conseil des ministres

*Examiné par le Parlement à partir du mois de janvier.

*Objectif du gouvernement: fin juin 2013.

————————————————————————————————————————
Mariage homo, une « supercherie »

Pour François Hollande, ce projet de loi ne serait pas un progrès seulement pour quelques uns mais pour toute la société. Au contraire, pour le cardinal André Vingt-Trois, ce ne serait pas le mariage pour tous mais le mariage de quelques uns imposé à tous.

Le 3 novembre, lors de l’Assemblée des évêques français à Lourdes, André Vingt-Trois a nettement récusé le projet de loi du gouvernement. Et il n’a pas mâché ses mots. Selon lui, le mariage homosexuel est une “supercherie” qui ne reconnait pas “la différence sexuelle”. Il a aussi précisé que cette position contre le mariage pour tous n’était pas seulement basée sur un dogme religieux mais sur une préoccupation sociale. La loi toucherait “très profondément les équilibres de notre société ». Il a de ce fait appelé les chrétiens à s’exprimer directement en écrivant à leurs élus.

Cette position contre le mariage pour tous est également celle des communautés juives, protestantes, orthodoxes, bouddhistes et musulmanes. L’Union des Organisations Islamiques de France s’est d’ailleurs exprimée clairement: “Si le mariage entre deux personnes de même sexe devient une norme, alors toutes les revendications, même les plus incongrues, peuvent un jour devenir une norme”. Par “incongru”, ils entendent entre autres la zoophilie ou l’inceste, auquels ils comparent souvent l’homosexualité.
Mais pour le cardinal André Vingt-Trois, un des problèmes majeurs de ce projet de loi est l’avenir des enfants adoptés par des couples homosexuels. Il dénonce une “discrimination entre les enfants” et souligne que chaque enfant a le droit à un père et une mère. Les enfants d’un couple homosexuel seraient alors inégaux par rapport aux autres.

“Un papa, une maman, pour tous les enfants”

L’inégalité des enfants, c’est aussi ce que dénoncent les associations contre le mariage homosexuel telle que Civitas . D’ailleurs, un des événements majeurs autour du projet de loi est la manifestation menée par ce mouvement proche des catholiques intégristes, le 18 novembre à Paris. Civitas a pour doctrine “la restauration de la royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ”.

download

Selon Alain Esczda, responsable de Civitas, l’objectif du groupe est “de mener une véritable bataille pour la sauvegarde de la famille et de l’enfant”. Il aime aussi à souligner que “le mariage homosexuel, c’est la boîte de Pandore qui va permettre que d’autres revendiquent le mariage polygame ou le mariage incestueux”. Cette manifestation a réuni plusieurs milliers de personnes de partis d’extrême droite, tels que l’Action Française, le Mouvement National Républicain, l’Alliance Royaliste ou encore quelques militants du Groupe Union Défense. Ces manifestants aux profils divers (retraités, jeunes, familles…) portaient tous le slogan “un papa, une maman, pour tous les enfants”.
Mais ces manifestants n’étaient pas seuls. Les membres de l’association de féministes ukrainiennes, Femen, sont venues déguisées en none et seins nus pour faire une contre manifestation, en faveur, donc, du mariage homosexuel. La manifestation a alors dégénéré et des heurts ont éclaté entre les deux mouvements. Suite à ces événements, six députés PS ont demandé la dissolution de Civitas.

Une militante de Femen ainsi que la journaliste Caroline Fourest, présente sur les lieux, ont toutes les deux déposé une plainte contre Civitas pour “coups et blessures” après avoir été prises à partie et aggressées par des membres du groupe. Cinq hommes ont été mis en examen pour “violences volontaires en réunion”. De son côté, l’organisation proche des catholiques intégristes a porté plainte contre le groupe féministe pour “exhibitions sexuelles”, “injures” et “violences en réunion et avec armes”.

A chacun sa “liberté de conscience”

Autre polémique récente, la déclaration de François Hollande sur “la liberté de conscience” des maires. Le 20 novembre, devant l’Associaiton des maires, le président de la République a déclaré que les élus hostiles au mariage pour tous pourraient déléguer leur signature à des adjoints.
Choc et désarroi parmi les associations qui défendent les droits des homosexuels, telle que l’Inter-LGBT (lesbienne, gay, bi et trans), qui ont considéré ces propos comme une trahison.

InterLGBT

Cependant, le lendemain, François Hollande a tenté d’éteindre la controverse au cours d’un entretien avec Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGBT. Il a assuré que le projet de loi ne mentionnerait pas la “liberté de conscience” des élus. Il a aussi rappelé que les élus sont des représentants de l’Etat et qu’ils auront donc à faire appliquer la loi, si votée, en ne refusant aucune célébration de mariage homosexuel.
Les associations rassemblées au sein de l’Inter-LGBT n’entendent pas s’arrêter là. Elles organisent une nouvelle action en faveur du droit au mariage pour tous ce dimanche 16 décembre à Paris, en réponse aux manifestations des opposants qui devraient avoir lieu dans plusieurs grandes villes samedi 15 décembre. En attendant, L’Inter-LGBT a demandé à ses partisans d’écrire à leurs élus pour soutenir le mariage gay.
De leur côté, les français sont en majorité en faveur du mariage pour tous même si les chiffres sont en baisse (58% en 2012 contre 63 en 2011 selon l’Insee).

En Europe, certains pays ont déjà ouvert le mariage civil aux couples homosexuels : la Belgique, le Danemark, l’Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, la Suède, la Norvège et l’Islande. De l’autre côté de l’Atlantique, le Canada et certains états des Etats-Unis comme le Maine ou le Vermont ont aussi franchi le pas. Nos voisins du Royaume-Uni ont eux opté pour un autre système : un partenariat civil ressemblant au mariage dans les aspects administratifs.

> Lire aussi l’interview de Véronique Margron, théologienne, spécialiste des questions sur la morale sexuelle.

Ségolène Poirier.

Publicités

Une réflexion sur “Le mariage qui divise les Français

  1. Pingback: « Le mariage, c’est pas une mince histoire !  « Info Si Boulot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s