Adolescents stars, ou comment créer un nouveau marché

De nos jours, être un adolescent implique de grandes responsabilités. Et oui, nos chères têtes blondes que l’on croyait souvent perdues dans un monde à part, sont devenues de vrais businessmen et businesswomen. 

Image

L’évolution de nos sociétés a permis un renversement des rapports de force dans bien des familles. Désormais, l’adolescent n’est plus vu comme un enfant boutonneux, mou et maladroit mais comme un potentiel investisseur, en phase avec le monde des technologies qui est le nôtre aujourd’hui. A eux seuls, ils représentent le marché le plus lucratif et influant de ce siècle. Marché d’aujourd’hui comme de demain, ces supers ados ont une influence non négligeable dans l’économie moderne.

D’après une étude Ipsos-Sofinco, les parents européens estiment l’influence de leurs enfants sur les achats de vêtements à 84%, dans les loisirs à 80% et sur les achats de nourriture à 76%. Ce sont eux qui font et défont les modes dans les cours de récréation. Si à leurs yeux une marque n’est pas assez « cool », elle signe sont arrêt de mort. Ce sont également eux qui assureront bientôt l’économie de demain car plus ils consomment jeunes, et plus ils se fidélisent vieux.

Des consommateurs vaches

L’adolescent est (malheureusement) un être qui n’est pas fiable. Forts de leur pouvoir d’achat grandissant, ils ont redéfini les codes de bon nombre de domaines culturels. La musique par exemple. Finis les groupes de pop/rock et rap indémodables, ces grands classiques, qui même à 60 balais reviennent encore et toujours sur scène. Pire, à 25 ans c’est déjà trop vieux. L’adolescent est très exigent. Désormais il lui faut toujours plus de beauté, de jeunesse; quelque chose de périssable, qui n’existe que parce qu’il l’a autorisé. Car quand on parle d’adolescents, on parle de ces jeunes enfants, de 13 à 18 ans. Ceux que l’on voit s’exciter sur les plateaux du Grand journal et pleurer à chaudes larmes quand les « chatons anorexiques » de One Direction font leur entrée. Ca fait peur mais on va en saluer une ou deux car sans elles on ne serait pas là.

Aujourd’hui les stars ce ne sont plus les acteurs, ni les chanteurs mais bel et bien leur public qui détient la clé de leur pérennité, tels les Parques qui à tout moment peuvent couper le fil de la vie. La recette d’un beau bénéfice ? Prenez autant de beaux et jeunes garçons que possible, faites les danser et accessoirement chanter, demander leurs de faire de temps en temps une mou de cocker et le tour est joué ! Vous avez la recette d’un succès éphémère.

Appliquez la même chose pour le cinéma. Vous pouvez ajouter une pincée de décoltés en tout genre et un soupçon de scandales people qui donneront un peu plus de crédibilité au produit. Attention, si votre « bébé » ne correspond pas au cahier des charges, changez d’écurie ! L’actrice Kristen Stewart, révélée grâce à ses talents d’actrice dans la saga Twilight, fait mauvaise presse auprès du jeune jury. La raison ? Pas assez sexy, ne sourie presque jamais, trompe le boyfriend célèbre que toutes les filles rêvent d’avoir et ne cache pas son dédain face à un parterre de fans en furie. Ca, ça ne pardonne pas.

Image

Et oui : oups !

Des parents-moutons

Ce genre de marketing n’a rien de négatif en soi, mais il devient ridicule quand les parents se prennent les pieds dedans. Il n’est pas rare de voir à la sortie d’un concert de Justin Bieber ou d’une autre star de Disney Channel, des mères de famille qui accompagnent leurs ados, avec des pancartes « Je t’aime »  à la main, portant un T-shirt avec la photo de la starlette et criant tout leur amour pour cette jeunesse retrouvée.

L’adolescent est donc devenu LA référence pour des parents souvent perdus face à Internet, et à qui s’ajoute parfois la culpabilité d’un divorce. Certains n’hésitent pas à calquer leurs économies sur les caprices de leurs pauvres enfants traumatisés. Ah la belle erreur. Attention, il ne faut pas généraliser ce nouveau schéma familial ! Certaines situations sont moins extrêmes mais elles sont là quand même.

Il ne faut pas non plus diaboliser l’adolescent et le percevoir comme un être complotant seul dans sa chambre. Certains savent parfaitement qu’ils sont la première cible du business made in Hollywood.  Alors les plus malins en profitent, car ils savent que même si tu n’as pas de talent particulier, la technologie sera toujours ton amie. Attention, préparez vous à une déferlante des business teenager.

Image

Vianne de Jalras.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s